Trofeul Joules Verne

Despre cursele de barci, regate, raliuri, transaturi, et caetera
Florio
Kapitän zur See
Kapitän zur See
Mesaje: 1159
Membru din: Mie Apr 20, 2011 1:36 pm
Localitate: Bucuresti

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de Florio »

Nu stiu Romeo, pe mine treaba cu recordul ma depaseste. Inca de la recordul romanesc de rasunet ;) .
De aia nici nu ma pronunt. Insa imi place cum le expui tu; ar fi indicat sa le citeasca si cine sare cu capul la record :)

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Uite aici o analiza dpdv constructor! Chapeau!

Cateva concluzii ale omului:
- cu catargul taiat barca merge mai repede
- marimea (barcii) conteaza si ea, dar mai mult tehnica echipajului si norocul la conditii (meteo)
- un om singur poate egala un echipaj intreg
- ne asteptam sa vedem la TJV trimarane cu aripi gen catamaranele din Cupa Americii, ba inca si mai tehnice, cu unghi de incidenta reglabil. Se sparie gandul!
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Deci despre asta era de fapt vorba! Bine ca ne-au spus macar acum la sfarsit!
berta.jpg
Despre personaj, ne spune mai multe, cine altcineva decat CNN!

Swiss national Bertarelli, one of Europe's richest businesswomen -- valued by Forbes at $4.3 billion -- has a wealth of coastal sailing experience, while Guichard is a decorated offshore sailor.
She has twice won the much-coveted Bol d'Or Mirabaud in her homeland -- becoming the first woman in history to do so -- and with Guichard co-skippered the Maxi Spindrift 2 team to line honors in the 2015 Rolex Fastnet race, defending their title.

Sailing runs in her family -- Bertarelli's brother Ernesto owned Team Alinghi, which twice won the America's Cup. Its maiden victory in 2003 was the first time a team had won the trophy on its first attempt, and it successfully defending it in 2007.

However, prior to meeting Guichard, she had never entertained the thought of offshore sailing.

"The 'why' (to sail offshore) didn't come right away," Bertarelli told CNN Mainsail's Shirley Robertson.

"I was introduced to offshore sailing through Yann because he was doing that already for a long time -- he did the Jacques Vabre four times and he holds two Atlantic records."
The Jacques Vabre is a race that follows a historic coffee trading route between France and Brazil. Despite Guichard's expertise on the high seas, Bertarelli said she initially had some reservations.

"I wasn't ready yet," said the 47-year-old. "The only thing that we were sure of was that we wanted to do a project together."

Bertarelli launched her Ladycat project in 2007, and won her first Bol d'Or in 2010 with the Spindrift team on the Decision 35 catamaran. However, it took some time for her and Guichard to decide what their collective project would be.

"He had his career and I had Ladycat and we were seeing each other sometimes during the weekend if Yann was coming to race in Switzerland. At one point we said, 'Okay, we want to share this passion together, so what can we do together?'"

"At first, the reaction was that we wanted to sail for the Olympics but we soon realized that it would not be possible because he's French and I'm Swiss and it would take too many years to get the nationality right," she said.

"So we abandoned that project quite quickly and when Spindrift 2 -- which was the ex-Banque Populaire V -- came for sale then we said, 'Okay but what about breaking records, what about offshore sailing?'"

Banque Populaire V is the current holder of the Jules Verne Trophy, having set the leading time of 45 days, 13 hours, 42 minutes and 53 seconds, a record set by Loick Peyron and his crew in 2012. They also won the Fastnet the previous year in a record time.

When it came to the market in early 2013, Bertarelli says her team didn't even ask to try out the 40-meter (130-foot) yacht -- which is the world's largest racing trimaran.

"We just bought it and I was just keeping my fingers crossed that I would enjoy it, that I would not be sick, that I would be able to have a role on board which I really wanted, that I would be able to help -- because that was my challenge," added Bertarelli.

"It was really during the Discovery Route that we did three years ago, doing that offshore sailing and that record. We were 10 days at sea when we arrived back in Miami and I said, 'I want to go, let's go back, I'm ready for some more.'

"I just loved it and the Jules Verne came just right after that, I said, 'Okay the ultimate challenge, then it's 45 days at sea,' and I prepared for that challenge ever since."
Around the world in 80 days? These sailors smashed it
mainsail jules verne trophy spc b_00031704

Around the world in 80 days? These sailors smashed it 06:20

To embark on her first real offshore sailing experience -- and one of the most dangerous and grueling in the world -- having a skipper like Guichard, somebody that Bertarelli trusts implicitly, is essential.

"Yann is a leader but he's the type of leader that uses a smooth leadership, he doesn't use strength or authority to gain power or control," she explained.

"He doesn't get excited very often, he's calm and he's someone that thinks a lot, constantly and he's always on watch for everybody all the time but he never screams, he never yells, he never gets mad.

"Sometimes he gets annoyed but he's not the type that is going to make you feel uncomfortable about it, he's going to be talking about it and he's always looking to find a solution and being very positive about what's going on."

Peyron's 2012 success was the eighth time the record had been set, while there have been 15 failed attempts.

As of December 10, on Spindrift Racing's approach to Australia, the team was 198 nautical miles behind Peyron's record as it led rival IDEC Sport -- the former Banque Populaire VII, which set the around-the-world record in 2010.

While tackling such a unique event with a skipper without experience on the route may have raised some eyebrows, especially with names such as Peyron available, Bertarelli had full confidence in her partner.

"I think it's not the question of pedigree or professionalism or are you mature enough or experienced enough. The experience and the professionalism of Yann is there, he has proved it many times," she said.

"Now I think in a challenge like this one, you have to go with people that you trust and to me it's very important to be in a team that shares the same values and sail in the same way."

Bertarelli says that everyone she met, even prior to the couple starting Spindrift 2 together, enjoyed sailing with the 41-year-old Guichard due to his "calm, strong and reliable" nature.

"He doesn't take any risks which are unnecessary -- he's very 'reflechie' (thoughtful) as we say in French, so he's a very good teacher," she said.

"He knows how to explain very well what he wants and what needs to be done, and it's very reassuring to have someone who has an eye on everything, that knows how to do everything on a boat.

"Yes, I think he's a great leader but a calm one, and it's very comfortable sailing with him."
Nu aveţi permisiunea de a vizualiza fişierele ataşate acestui mesaj.
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Parerea singurului om care a fost in ultimele doua echipaje castigatoare ale TJV despre cauzele pt care nici unul din cele doua trimarane gigant nu au putut bate recordul in jurul lumii.



Voilesetvoiliers.com : Personne ne va battre le record de Banque Populaire V cette année. 45j 13h 42’ 53’’ : peut-on arriver en dessous avec les bateaux qui existent à l’heure actuelle ?
Fred Le Peutrec : Il n’y a aujourd’hui que Spindrift 2 (ex-Banque Populaire V) et IDEC Sport (ex-Groupama 3) auxquels on peut ajouter Sodebo Ultim de Thomas Coville (ex-Geronimo) et le nouveau MACIF de François Gabart. Quand nous sommes arrivés avec Groupama 3, nous savions qu’il était possible de faire mieux que 48 jours 7 heures 45 minutes. C’était l’ultime tentative possible avant que Franck Cammas ne fasse la Route du Rhum… Nous avions pris une fenêtre météo qui était correcte pour aller jusqu’à l’équateur, mais il y avait mieux comme début de record, et à l’arrivée à Créac’h, nous avions le sentiment que s’approcher des 45 jours était à portée. Avec Banque Populaire V, nous avions un bateau qui repoussait les limites de l’état de la mer, mais notre intuition déjà à l’époque, c’était que ça ne servait pas à grand chose de débouler à près de 40 nœuds dans une dépression si on la dépassait pour se retrouver butant sur une dorsale !

Voilesetvoiliers.com : Donc ce ne sont pas les performances intrinsèques d’un multicoque dans la brise, mais ses capacités à aller vite dans les petits airs qui permettent de battre le record autour du monde ?
F. LP. : C’est ce qui s’est passé avec Banque Populaire V ! Nous pouvions aligner plus de 35 nœuds de moyenne en accrochant une dépression, mais à chaque fois, on allait plus vite que son déplacement géographique, ce qui fait que nous ralentissions dans la molle qui la précède… Cela a été encore le cas pour les deux prétendants de ce tour du monde, notamment Spindrift 2 qui avait bien largué IDEC Sport à l’entrée dans l’océan Indien : il a été poussé par un bon flux qui n’est pas allé assez vite et il a tapé dans une dorsale pendant plusieurs jours ! Et IDEC Sport qui a pris le « train » suivant, est revenu par derrière avec la brise et a comblé 800 milles d’écart…

Voilesetvoiliers.com : Donc ce qui est limitant, ce sont les zones de molle alors que les deux prétendants, Spindrift 2 et IDEC Sport ont a contrario misé sur la brise en réduisant la hauteur de mât et la voilure !
F. LP. : Leurs nouvelles configurations sont intéressantes parce qu’elles sont particulièrement efficaces dans la brise et que les équipages peuvent naviguer « safe » à plus de 35 nœuds de moyenne. Mais à quoi cela sert-il s’ils s’arrêtent à chaque fois dans le petit temps devant ? L’idéal serait d’avoir un engin futuriste qui permette de traverser ou de contourner les zones de vents faibles rapidement… Cela permettrait de raser de plus près le centre de l’anticyclone de Sainte-Hélène, donc de raccourcir la route, de traverser l’anticyclone des Açores avant l’arrivée, comme n’ont pas pu le faire Spindrift 2 et IDEC Sport ! Et de traverser les dorsales comme n’ont pas pu le faire Banque Populaire V dans le Pacifique, Spindrift 2 dans l’Indien ou IDEC Sport dans l’Atlantique Sud.

Voilesetvoiliers.com : Ainsi à ce jour, aucun bateau ne pourrait améliorer le temps de Banque Populaire V alors que le meilleur temps cumulé des différents multicoques n’est que de 40j 14h 39’ : 4j 21h 29’ de Ouessant à l’équateur (Spindrift 2) + 6j 08h 55’ de l’équateur au cap des Aiguilles (Banque Populaire V) + 6j 23h 04’ pour traverser l’océan Indien (IDEC Sport) + 8j 18h 08’ pour le Pacifique (Orange II) + 7j 04h 27’ pour la remontée de l’Atlantique Sud (Banque Populaire V) + 6j 10h 36’ pour l’Atlantique Nord (Groupama 3) !
F. LP. : Très difficile ! Parce que les systèmes météorologiques « classiques » ne vont pas assez vite par rapport aux vitesses des engins actuels… En caricaturant, il faudrait un trimaran comme Oracle (vainqueur de la Coupe de l’America en 2010) pour aller à près de trente nœuds avec huit nœuds de vent réel, et un IDEC Sport ou Spindrift 2 dans la brise ! D’avoir un bateau qui va plus vite dans le vent fort t’amène plus rapidement dans la molle… Et tu ne peux pas la dépasser. Il semble donc très improbable d’améliorer le temps passé dans les mers du Sud parce que les multicoques ne peuvent pas aller plus vite que les dépressions. La différence dans l’Atlantique, c’est que les anticyclones sont plus stables et donc un engin qui irait très vite dans les petits airs pourrait sensiblement améliorer le temps de leur traversée. Mais il faudrait inventer l’engin avec plein de problèmes contradictoires à résoudre…

Voilesetvoiliers.com : Mais il y a quand même du temps à gagner sur ce tour du monde !
F. LP. : Gagner du temps dans les mers du Sud, c’est aller jouer dans les glaces ou bénéficier d’une dépression tropicale qui s’incruste dans le train des perturbations, et dans l’océan Indien, et dans le Pacifique : ce n’est pas évident et surtout impossible à anticiper au départ de Ouessant ! Après pour grignoter du temps dans l’Atlantique, ce n’est possible de l’imaginer avant de partir que si l’anticyclone est plutôt près de Sainte-Hélène, mais ce ne sera que sur la descente vers l’Afrique du Sud… Impossible de préjuger de la configuration météorologique lors de la remontée ! Sur cette double tentative, on a vu que IDEC Sport a plus souffert des molles dans l’Atlantique Sud au large du Brésil que Spindrift 2. Mais clairement, les trimarans actuels ne sont pas assez performants avec moins de douze nœuds de vent.

Voilesetvoiliers.com : Le Trophée Jules Verne se joue donc aussi sur la trajectoire : il faut pouvoir la raccourcir au maximum…
F. LP. : Exactement : pour reprendre l’exemple d’Oracle, il pourrait « couper le fromage » dans l’anticyclone de Sainte-Hélène à trente nœuds avec seulement huit nœuds de vent : le gain serait énorme. Mais il serait incapable d’encaisser les mers du Sud ! Et puis, il ne faut plus se focaliser sur la fenêtre météo la plus favorable pour atteindre l’équateur : il faut pouvoir enchaîner un Atlantique Sud favorable. Mieux vaut perdre un peu de temps dans l’Atlantique Nord. Ce qui voudrait dire qu’au départ, on a la certitude d’avoir une bonne configuration de l’anticyclone de Sainte-Hélène : pas évident !

Voilesetvoiliers.com : Donc il vaut mieux s’arrêter au large du Brésil si ça ne passe pas ?
F. LP. : Probablement ! Peut-être faut-il revenir pour tenter une nouvelle fois… Car à ce jour même si on peut anticiper la situation à dix jours, la fiabilité n’est pas suffisante à la latitude de Rio de Janeiro… Cinq jours après le départ, la configuration peut changer légèrement, mais suffisamment, pour ne plus ouvrir de porte vers les Quarantièmes Rugissants.

Voilesetvoiliers.com : Il y a une relation entre la position de l’anticyclone des Açores et celui de Sainte-Hélène ?
F. LP. : Certainement : quand l’un est favorable, c’est à dire que les hautes pressions de l’Atlantique Nord permettent d’aller vite à l’équateur, en général les hautes pressions de l’Atlantique Sud sont reléguées assez Sud, vers l’Afrique du Sud. Difficile de trouver le bon compromis, mais il faut probablement changer l’approche de la situation de départ… Car pour espérer battre le record autour du monde à la voile, il faut déjà être sûr à l’entrée de l’océan Indien d’avoir au moins une bonne journée d’avance…

Voilesetvoiliers.com : Est-ce que les nouvelles configurations de voilure de IDEC Sport (ex-Groupama 3) et de Spindrift 2 (ex-Banque Populaire V) avec leurs mâts plus courts sont plus adaptés au Trophée Jules Verne ?
F. LP. : Je pense que non.
Il aurait mieux valu que Francis Joyon parte avec le gréement d’origine, mais cela imposait de partir plus nombreux, donc plus lourd. Car on a bien vu cette fois que IDEC Sport a beaucoup souffert dans le petit temps. Mais cela n’aurait pas changé grand chose au final : ils auraient été aussi rapides dans la brise et un peu plus véloces dans les molles, mais à l’arrivée, cela n’aurait fait gagner que quelques heures. Spindrift 2 a moins rogné son mât en proportion en gagnant pas mal de poids : le bateau doit être encore plus sain dans la brise. Mais les deux bateaux à l’origine étaient très proches en performances : ils alignaient 32-33 nœuds de moyenne sans problème. Yann Guichard et son équipage ont tout de même réussi à s’échapper à chaque fois mieux que Francis Joyon dans le petit temps…

Voilesetvoiliers.com : Il y a donc plus de différences entre IDEC Sport et Spindrift 2 qu’entre Groupama 3 et Banque Populaire V ?
F. LP. : Probablement. IDEC Sport avait du mal à glisser bas, à descendre au portant et a dû se recaler plusieurs fois avec des empannages alors que Spindrift 2 avait des trajectoires plus profondes en réduisant la route et les manœuvres. Cela a été clair au niveau de la Nouvelle-Zélande où les deux bateaux naviguaient de conserve…

Voilesetvoiliers.com : Groupama 3 a dû s’y prendre par trois fois, Banque Populaire V par deux fois !
F. LP. : Groupama 3 était un bateau neuf ! Nous avons cassé la première fois de façon spectaculaire (rupture de bras au large de la Nouvelle-Zélande) et irrémédiablement la deuxième fois (rupture d’une cloison névralgique sous la poutre arrière). Cette fois, je crois que IDEC Sport n’a pas souffert et Spindrift 2 a connu une avarie en percutant un objet flottant dans l’Indien.

Voilesetvoiliers.com : Ne faut-il pas aussi que l’équipage soit aguerri par un précédent tour du monde ?
F. LP. : Cela intervient évidemment. Le fait d’avoir bouclé un tour du monde précédemment sur le même bateau permet d’en connaître les limites et de mettre l’équipage en confiance pour supporter les hautes vitesses pendant longtemps ! Déjà partir avec un bateau qui a fait le tour permet d’être plus serein quant à la fiabilité de la machine. La première fois avec Groupama 3, on partait tout de même un peu dans l’inconnu sur le bateau : c’était la première fois qu’il y avait des foils pour faire le tour du monde et on atteignait des vitesses moyennes que nous n’avions pas connues aussi longtemps ! Il faut prendre ses repères. Et l’histoire du Trophée Jules Verne montre qu’il n’y a que huit tentatives fructueuses sur 26…
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Scrie răspuns