Trofeul Joules Verne

Despre cursele de barci, regate, raliuri, transaturi, et caetera
Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Un interviu mai vechi cu Marcel Van Triest, routerul celor de la BP V.

Depuis hier, Banque Populaire V et Groupama 3 tirent tout deux sur leurs amarres dans le port de Brest, prêts à rejoindre au signal de leurs routeurs la ligne de départ du Trophée Jules Verne, au large d'Ouessant.

En mettant à profit la première fenêtre météo potable depuis bien longtemps, les deux trimarans géants pourraient donc transformer leur quête de record en régate planétaire... Un match-race pas forcément du goût des routeurs, comme nous l'a expliqué Marcel Van Triest qui s'occupe de la trajectoire de Banque Populaire V.


v&v.com : Depuis mardi, Banque Populaire V est en code orange. Qu'est ce que ça signifie pour le routeur et pour l'équipage ?
Marcel Van Triest : Que le bateau et l'équipage se tiennent prêts à embarquer. Moi, je regarde les fichiers deux fois par jour, un le matin et un le soir. Je fais un rapport en milieu de journée et je rappelle l'équipage le soir s'il y a une évolution significative suite aux nouveaux fichiers.


v&v.com : Groupama 3 a rejoint Brest hier, mais dit rester en code rouge. La fenêtre qui se prépare pour vendredi soir ou samedi est-elle vraiment valable ?
M.V.T. : Si on est en code orange aujourd'hui, c'est que l'incertitude est très élevée. On n'est pas certains de prendre cette fenêtre, mais on veut être sûrs de ne pas la rater. Parfois, tu sais, à cinq ou six jours devant, il n'y a rien à attendre, c'est facile. Là, à deux jours près, il peut se passer beaucoup de choses. C'est vrai que c'est une micro fenêtre. La nouveauté depuis hier matin, c'est un minimum dépressionnaire qui se balade dans le Sud-Ouest des Açores et peut venir perturber l'alizé. Ça obligerait à longer les côtes africaines, ce qui n'est pas l'idéal pour se présenter dans le Pot au noir.


v&v.com : Sur une situation météo identique en novembre ou décembre, le code aurait-il été le même ?
M.V.T. : On aurait aussi été en code orange, mais j'aurais été moins préoccupé. Ce qui m'inquiète aujourd'hui, c'est de rater le coche et de nous retrouver en code rouge la semaine prochaine, peut-être à nouveau pour très longtemps. Ceci dit, les routages nous mettent en 5 jours 18 heures au mieux à l'équateur et 6 jours 6 heures au pire. Avec une bonne probabilité autour des 6 jours. (Par comparaison, Groupama 3 avait mis 5 jours 15 heures lors de sa tentative avortée en novembre dernier. Record à battre. NDLR.) Ce n'est pas si mauvais, mais il faut voir si les fichiers confirment ça.


v&v.com : Et l'Atlantique Sud, tu peux déjà avoir une vision ?
M.V.T. : Aujourd'hui, l'anticyclone de Sainte-Hélène n'est pas vraiment bien placé pour faire une belle trajectoire dans l'Atlantique Sud, comme celle d'Orange 2 qui avait pu vraiment bien couper le fromage. Mais on va mettre environ 8 jours pour être à Sainte-Hélène, alors jusque là, c'est encore un peu la boule de cristal.

Prévision sur le proche Atlantique du 20 janvier pour le 23 janvier. Derrière le front froid, les vents de Nord-Ouest de 15 noeuds environ devraient permettre au trimaran de dégolfer rapidement pour ensuite glisser le long du Portugal et rejoindre l'équateur en 6 jours.
Photo © D.R. (Met Office / Crown)v&v.com : Les deux bateaux risquent de prendre la même fenêtre. Est-il probable qu'ils partent
néanmoins avec quelques heures d'écart ?
M.V.T. : J'en sais rien. On a eu la même situation à New-York pour le record de l'Atlantique Nord l'été dernier. On était obligés de partir du ponton ensemble à cause de la marée. On s'est retrouvé sur l'eau et on est parti quand même avec quelques heures de décalage. Chacun pensait que c'était le meilleur moment ...


v&v.com : Le top départ, c'est toi qui en prends la décision ou c'est le skipper ?
M.V.T. : C'est un peu comme à l'hôpital. Quand le docteur te dit <il faut faire ça>, c'est difficile de dire non. Après, c'est Pascal (Bidégorry, le skipper. NDLR.) qui a le dernier mot, mais bon... Pour l'Atlantique Nord, j'étais à bord... Et c'est un départ un peu particulier : quand tu es devant New-York, que tu as hissé les voiles, tu n'es plus vraiment tranquille. Dès que tu abats, le bateau part à 40 noeuds. Tu déclenches le départ moins d'une heure avant, juste le temps de tout régler, de faire le petit bord pour affiner les réglages et couper la ligne à fond la caisse. A Ouessant, ça va être un peu différent car je serai au bureau. (La société de Marcel Van Triest est installée à Palma de Majorque. NDLR.) Et puis, on va attendre que la pression rentre car derrière le front froid, il n'y a pas beaucoup de vent tout de suite. Je risque de donner une fenêtre plus large entre trois et cinq heures et on affinera en fonction de ce que les gars auront sur l'eau.


v&v.com : Tu as été navigateur sur Groupama 3 (record de l'Atlantique 2008) avant de rejoindre Banque Populaire V. Tu es le seul des deux équipages à avoir navigué sur les deux bateaux. C'est un gros plus ?
M.V.T. : Je connais bien l'état d'esprit de l'autre bateau. Est-ce que c'est un avantage ? Je ne sais pas. Je veux éviter, surtout au début, de faire une régate. Je pense que la route est longue. Si on commence à faire une régate à partir d'Ouessant, je pense que c'est bien ni pour l'un, ni pour l'autre.

v&v.com : Ils vont quand même avoir du mal à s'en empêcher !
M.V.T. : Sûrement, oui ! Mais avoir un bateau autour, ça complique la vie. J'aurais vraiment préféré être tout seul. Tu n'as que la météo à faire. Tu peux dire, <Ici, je veux investir 50 milles parce que je sais qu'il ya un truc à exploiter dans trois à quatre jours.> S'il y a un bateau à côté, 50 milles de perdus, ça fait mal. On est tous des régatiers et c'est dur à avaler. Une fois qu'on aura passé le Horn, on verra bien. Si ça doit finir en match-race jusqu'à Ouessant, très bien. Avant, ce serait ridicule ! D'autant qu'avec l'évolution technologique des bateaux, par rapport à Orange 2, même avec une météo juste correcte, tu bats le record sans problème.


v&v.com : Tu as déjà cinq Volvo Ocean Race à ton actif. Tu as des regrets de ne pas partir ?
M.V.T. : Bien sûr que j'ai des regrets de ne pas partir ! Parce que je suis aussi marin, régatier. Mais là, sur un Jules Verne, je peux faire un meilleur boulot pour l'équipe en étant à terre. La quantité de données que j'utilise, c'est juste pas imaginable à bord. Il faudrait faire tourner le Fleet en permanence pour avoir les images satellite. Ça coûterait une fortune. Et puis, à bord, il faut intégrer la fatigue. C'est quand même des plateformes assez rudes. Parfois, tu prends deux minutes pour cliquer sur un truc alors que tu mets deux micro secondes au bureau. Ce qui manque juste, c'est le retour du bateau. Est-ce qu'il ya une petite molle, des rafales, la petite houle qui vient se greffer sur la mer principale, comment le bateau passe dans la vague ? Tout ça, c'est difficile de savoir...
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Cel mai mare trimaran cu vele din lume si-a schimbat si proprietarii si numele si culorile!
Banque Populaire V se numeste acum Spindrift 2.

Imagine
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Musiu Joyon se pregateste de un nou JV. Nici nu stiu al catelea ar fi! El e cel care a adus recorul de la 90 la 72 de zile inaintea lui Dame Ellen. Plus alte asemenea ispravi!
Acum are barca noua si echipaj brici! Daca pana si Bilou e rezerva!

Interviu cu navigatorul/ruterul de pe uscat!

Le Hollandais Marcel Van Triest sera le routeur à terre d’IDEC SPORT. Il l’était déjà pour l’équipe tenante du record… Rivé jour et nuit à ses ordinateurs dans son antre des Baléares, le septième homme préfère dessiner les situations météo. Il aura évidemment un rôle majeur pour conseiller Francis Joyon.

Marcel, quelle équation doit résoudre un routeur sur le Trophée Jules Verne ?
« On va chercher des conditions rapides, mais pas trop ‘casse-bateaux’. Sachant qu’on a maximum 10 jours de visibilité, il y a deux objectifs : le chrono à l’équateur et celui à Bonne Espérance. Dans le Sud tu subis, il n’y a plus d’échappatoire : plus au sud tu as les glaces, plus au nord tu butes dans l’anticyclone. Les bateaux comme IDEC SPORT vont très vite, mais pas au point de sauter les systèmes météo de l’Indien et du Pacifique. Après, la remontée de l’Atlantique est très aléatoire, il faut y avoir de la réussite.»

Francis Joyon part avec un équipage réduit : 6 hommes à bord en tout. Cela change-t-il quelque chose par rapport à l’équipage beaucoup plus nombreux qu’avaient Franck Cammas sur ce même bateau ou encore les 13 marins de Loick Peyron?
« Oui. On ne route pas de la même façon un solitaire et un équipage… là c’est un peu entre les deux. Ce sera un des grands axes de ma réflexion : tu ne vas pas envoyer un équipage réduit dans des situations scabreuses et ça dépend aussi de leur état de forme, sachant qu’ils seront très sollicités. Il faudra choisir les bons moments pour tenter des choses en trois manœuvres. »

Une des grandes questions est d’accepter longtemps la haute vitesse. Comment vit-on ça à bord, vous qui en avez l’expérience ?
« La vitesse en elle-même n’est rien. Il y a des situations où tu as l’impression de te trainer alors que tu files à 30 noeuds. Ce qui est très stressant ce sont les mers casse-bateaux : quand tu attends le ‘crac’, ça te ronge les nerfs… mais la pétole aussi quand tu imagines ton adversaire débouler à 30 nœuds pendant que tu es arrêté. La vitesse tu t’y habitues de la même façon que quand tu roules à 140 km/h sur l’autoroute. Tu pourrais même t’habituer à 180 km/h… mais pas en ville avec des obstacles ! En multi, c’est pareil : tu peux dormir sur tes deux oreilles à 35 nœuds sur mer plate dans un plaisir total… et stresser à 17 nœuds dans une mer hachée. Et les rafales peuvent devenir un cauchemar quand c’est ton tour de prendre la barre. »

Comment allez vous travailler avec Francis ?
« On va s’adapter l’un à l’autre, car c’est la première fois. Personnellement, je ne suis pas adepte du téléphone : avec le bruit du bateau il y a des risques de perdre de l’information et pas moyen d’enregistrer pour revenir sur la conversation. Je fonctionne beaucoup plus avec des dessins annotés. La base c’est deux fois par jour, plus à la demande. On échange par mail. Dans le Pot au Noir, c’est sans cesse et parfois il n’y a rien à dire. Sur le dernier Jules Verne, je n’ai passé que deux coups de fil au bateau en 45 jours.. »

Combien de temps peut-on gagner sur les 45 jours et demi à battre? La barre des 40 jours est-elle atteignable ?
« Atteignable, oui. Du domaine du possible, je veux dire. Avec de la réussite, une fenêtre plus ou moins parfaite, un bon chrono à Bonne Espérance, pas trop de glaces, pas de pépin technique et un Pacifique où tu peux plonger pour raccourcir la route… sachant qu’après tu peux perdre tout devant les Malouines ! Il faut avoir beaucoup de réussite partout en fait, mais il y a une marge sur le Jules Verne. Et je rappelle qu’il ne faut pas battre le record de 5 jours, une heure suffit ! Il y a plus de chances de battre celui-ci que le record de l’Atlantique où tu peux rester 10 ans en stand-by à New York sans avoir une fenêtre météo pour gratter les 3 ou 4 heures d’amélioration possibles. Là, autant me demander si c’est possible de gagner à la loterie de Noël… Mais pour le Jules Verne c’est faisable. Maintenant, 40 jours c’est vraiment difficile….»

On imagine le routeur dormant à côté de ses ordinateurs et de son téléphone satellite. Vivant le record H24. Est-ce le cas ?
« Définitivement : oui ! Il y a autant de stress qu’à bord, à part que je peux prendre ma douche quand je veux et manger des trucs un peu meilleurs ! Il faut que ce soit très stable pour que je dorme trois heures d’affilée. Je me réveille au moins une fois par heure pour contrôler. Côté rythme, c’est presque comme si j’étais à bord. Ceci-dit c’est un petit peu moins extrême sur un Jules Verne que sur une tentative en solitaire, où tu as la responsabilité de la vie d’un marin seul à bord. »

Qu’est-ce qui vous amuse dans ce métier de routeur ?
« C’est toi, la terre et une feuille blanche… Un gigantesque jeu d’échecs. Réfléchir à toutes les possibilités est passionnant et quand tu vois tes idées se concrétiser c’est une grande satisfaction. Tu pars de grandes lignes, tu affines, tu construis peu à peu ta trajectoire… Souvent dans ce genre de tentative il y a deux ou trois moments-clés. Les identifier à temps et les gérer décident de la réussite. Un des deux coups de fil que j’ai passé à Loïck pendant le dernier Trophée concernait la négociation d’un passage sous l’Australie. En changeant très légèrement les paramètres d’état de la mer, j’ai vu que ça passait au sud. Loïck m’a traité de fou, disant qu’ils avaient déjà 10 mètres de houle. Mais en suivant le routage initial qui imposait le nord, le bateau se serait arrêté au près serré. Je lui ai dit ‘souviens toi, à 20 ans c’est ce qu’on cherchait les énormes houles. C’est impressionnant mais pas dangereux. Vous allez souffrir 12 heures mais gagner énormément’. C’est ce qui s’est passé. J’adore la météo à cette échelle-là. Et comme j’ai fait cinq tours du monde en course j’imagine bien la situation. Je me sens un peu comme à bord


Jos palaria!
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Trimaranul IDEC cu Joyon la timona e in stand-by la Brest. Plecare posibila intr-o saptamana!




Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Joyon a decis sa ia ia startul azi. Acum e in drum spre linia de start de la Farul din Ushant pe un vant de peste 30 nd!
Cartografia on line deocamdata doar pe aplicatiea pt smartfoane; probabil va aparea si pe site mai tarziu.
Depresiunile pe care le spera in Atlanticul de Sud se pot vedea pe harta sinoptica aici sau aici!
Allez les gars!

Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Au plecat asta-noapte din Brest aproape in acelasi timp si IDEC si Spindrift in tentativa de a bate recordul in jurul lumii.
Cartografia pt IDEC e aici iar pt Spindrift e aici. Enjoy!
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Superba cartografia in timp real care prezinte cele doua barci in cursa pt recordul TJV.
Putem urmari pe aceeasi pagina ambele barci plus pozitia relativa la care se afla detinatoarea recordului! Spasiba Volodia!
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Cum calculeaza astia Delta (diferenta fata de actualul record) cand eu vad ca nu in linie dreapta dar la longitudine diferenta e de peste 400 de mile si Joyon se lauda ca mai au numai 26 de mile in urma??? Volodja da si el peste 200 de mile!
Oricum traseul din ultimele 5 zile a fost magistral, la fel ca si rutajul, reusind sa stea mereu in vantul bun din fata unei depresiuni australe, ceea ce lui Madam Bertarelli nu i-a iesit. Chapeau!
joyon.jpg
Nu aveţi permisiunea de a vizualiza fişierele ataşate acestui mesaj.
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

1. Diferenta aia fata de record se pare ca e calculata luand in considerare lungimea traseului de urmat.
joyon2.jpg
joyon3.jpg
2. Pana si cei de la Voiles et voiliers folosesc la analizele lor datele lui Volodea. Buna treaba!
Nu aveţi permisiunea de a vizualiza fişierele ataşate acestui mesaj.
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Trofeul Joules Verne

Mesaj necitit de skipper »

Ce diferenta de atitidine!

Madam Bertarelli, pe barca mai mare, anunta ca renunta la tentativa de record si reduc viteza din cauza vremii!

Certes, c’est ce qu’avaient dû faire Loïck (Peyron) et ses hommes, cependant, nous n’aurons pas les mêmes conditions météo. Les tempêtes de ces derniers jours au Nord de la France et celles à venir que nous devrons gérer pour naviguer en toute sécurité, ne nous laissent aucune chance car la mer sera démontée.

Vulpea Joyon, nu se lasa! " O sa fie cam violent!"

toujours à l’attaque ! S’ils savent depuis quelques jours que le record autour du monde ne tombera pas, ceux-là se verraient bien glaner quelques accessits au passage. Pourquoi pas le record du bateau sur l’Atlantique Nord par exemple ? « Et puis on a un bateau devant nous (Spindrift, donc) qu’on aimerait bien rattraper » convient Joyon.
Pointes à 40 nœuds ? « On s’est un peu énervés»
« On voit des vents de 40 à 45 nœuds sur les fichiers, ce qui présume de conditions de mer vraiment difficiles. On essaiera de bien se placer par rapport à ces dépressions mais bon… il n’y a pas vraiment moyen d’échapper à ce mauvais temps. Un moment donné, il faudra bien se retrouver dedans pour se rapprocher de la Bretagne. »


Si asa arata vremea "minunata" care-i asteapta! Vor incerca sa ramana in banda ingusta dintre furtuna de la vest si anticiclonul de Azore la est; sa vedem cat reusesc!
vremea ATL 04 ian16.jpg
Nu aveţi permisiunea de a vizualiza fişierele ataşate acestui mesaj.
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Scrie răspuns