Vendee Globe 2012

Despre cursele de barci, regate, raliuri, transaturi, et caetera
Scrie răspuns
Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de skipper »

Kitul lui Kito de Pavant


Imagine
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

home made
Hauptbootsmann
Hauptbootsmann
Mesaje: 332
Membru din: Joi Apr 21, 2011 8:54 pm

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de home made »

saracu' de el,amarit,vai de viata lui!o fi primit si bani de buzunar?

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de skipper »

home made scrie:saracu' de el,amarit,vai de viata lui!o fi primit si bani de buzunar?
Ntz, are diurna! Si cazare asigurata.
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de skipper »

Jean tupeu:

Alex Thomson:« The French Favourites Won’t Finish »


Alex Thomson fired the first shot across the boughs of his French rivals by saying he doubts the favourites in the new generation of open 60 boats will make it around the world.

He is not the only one talking about whether the new lighter, Verdier VPLP designed French boats (Banque Populaire 3, Macif, PRB, Virbac-Paprec 3) and Juan Kouyoumdjian’s powerboat, Cheminées Poujoulat, will finish, but most are whispering it beside the pontoon. Vincent Riou has already ruffled Arnaud Boissiéres feathers by saying that the Farr designed boats are “like chewing gum” – Boissières bought Riou’s old 2008 Farr-designed PRB.

Thomson (who is also in a Farr-designed Hugo Boss) lobs this particular grenade from inside the spartan carbon shell that he hopes will be his home for three months. He is sitting in the small mission control station that will keep him updated with weather and in contact with the outside world and he keeps pulling the pins and no punches as the interview goes on.

“I just don’t see most of them getting round the world,” he says. “I think we’ll see an attrition rate again of at least 50%.”

Although there is plenty of pressure on Thomson to finish a solo around the world race for the first time, he is feeling more confident in his preparation than ever and it shows.

“This is a confidence game and confident are these guy really in their boats?” He asks? It’s a rhetorical question. “I know a lot of people who don’t believe in their boats. From the last Vendée Globe the rule (change) made one advantage and that was to be light and being light doesn’t make you more reliable, it does the opposite. You’ve only got to go back and see some of the problems these guys have had. Yes, they’ve finished some races, but not without assistance and people in the teams…everybody is pretty nervous about it. If you ask me; ‘am I sitting here in a position of strength?’ No not really. I would like to be sitting on one of those boats probably if I had a choice, but I’m not. But it wouldn’t surprise me if reliability in those five (there are actually six with Acciona (Javier Sansó) new boats is worse than in the rest of the boats of fleet.”

Thomson is in a second-generation boat, the old BT that Sébastien Josse sailed in the last Vendée, where he dropped out with rudder damage.

“It was a fast boat and we haven’t done very much to change it, just tweaked it,” he says. “To be honest, we’ve just concentrated on the reliability.”

“This is the generation of boat beneath those and they have an advantage reaching (with wind coming perpendicular to the boat) for sure, it can be as big as one, one and a half, maybe even two knots. They’ve got much more volume in the bows those boats and they are also lighter. But what they’ve sacrificed by removing weight (PRB is supposed to be the lightest at 7.5 tonnes compared to Hugo Boss’s 8 tonnes) is safety. Absolutely no doubt. Vincent’s (Riou) boat is the lightest of all of them, allegedly. I don’t know if it’s true or not but everyone seems to say there are places on his deck where you are not able to stand (for fear of breaking the deck).”

“The Port-la-forêt training people say he’s (Riou) the fastest downwind which means he’s probably the lightest and those Verdier boats of PRB (Riou), Macif (Francois Gabart), Banque Populaire (Armel le Cléac’h) and Virbac-Paprec 3 (Jean-Pierre Dick), are all similar speeds and significantly faster speeds on occasion.”
© Benoît Stichelbaut / PRB

“Then you’ve got Cheminées Poujoulat (Bernard Stamm), which can be more than one knot faster than them reaching, but seems to be hard work in the light. They’ve definitely got a speed advantage but have they got the reliability that we’ve got? No.”

Thomson has talked about his aim for this race being just to finish, is he not quietly confident that he has a chance?

“What to win? Yes, for sure,” he says immediately. “I don’t think you’d do the race if you didn’t think you didn’t have a chance of winning.

Well, there are quite a lot of people here who are…

“Yes, maybe.”

You’re not going to the adventure like Alessandro (Di Benedetto, Team Plastique) are you?

“He’s a lunatic. He talks about Vincent Riou, or Mike (Golding) or me as somebody he considers a legend, but look at him, he went from Yokohama to San Francisco in a beach can, 62 days inside a drysuit. I struggle to do an hour in a drysuit. The guy is unbelievable and what a nice bloke he is as well.”

Is he putting more pressure on himself this time?

“I don’t feel only pressure,” he says. “I think I felt more pressure last time especially knowing I was starting the race in a situation with a boat that two days earlier had been in a shed and in a thousand pieces (Thomson had a contretemps with a fishing boat three weeks before the start). I knew it wasn’t right. Whereas this time I’ve done half a Vendée Globe, 15,000 miles solo on the boat in the last 12 months. I’ve probably done more miles than anyone else has done and it has all been relevant, we’ve seriously concentrated on the reliability of the boat, analysing every single component."

"I feel that we’ve done our due diligence. I think if we look at the first five boats, those boats have struggled to finish races, they’re really super light and they’re not reliable. It wouldn’t surprise me at all if one of this generation of boat (from the 2008-09 race) pops up and wins it because I just don’t see most of them getting round the world. I think we’ll see an attrition rate again of at least 50%.”

“I think I have a chance of winning but the main thing is to finish. I’ve been here for too long now. I’ve spent ten years of my life in trying to win this race and if I didn’t finish this race then I’d probably feel like I’d wasted ten years of my life.”
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de skipper »

Alt Jean Tupeu, parca ar fi de-al nostru:


Gutek : «Si mon bateau termine, il sera dans les trois premiers»
Zbigniew Gutkowski. C’est l’inconnu du Vendée Globe. Un Polonais qui préfère utiliser lui-même un diminutif pour son nom – Gutek. Sur son Energa (ex-Hugo Boss), en tout cas, il veut se faire un nom.


Il est là, dehors, devant le bâtiment de la Zone Equipage, tirant goulûment sur sa cigarette. Zbigniew Gutkowski ne fait rien comme tout le monde. D'abord, il préfère qu'on l'appelle «Gutek» plutôt que d'écorcher son nom. Ensuite, le Polonais avoue bien volontiers qu'il embarquera 100 paquets de cigarettes pour son tour du monde – «un par jour !». Et lâche au cours de l'interview que si son bateau parvient à franchir la ligne d'arrivée, ce sera sûrement dans les trois premiers. On cherche son regard : oui, il sourit. Mais… non, ce n'est pas de l'humour.

La poignée de mains est ferme. Très ferme. Sa détermination aussi. Il n'est qu'à se rappeler son denier tour du monde en solitaire, la Velux-5 Oceans 2012-2011. Si l'Américain Brad Van Liew l'a certes emporté sur l'ex-Whirlpool de Catherine Chabaud, Gutek, lui, a terminé deuxième sur Operon Racing, l'ex-Bagages Superior d'Alain Gautier – plan Finot-Conq vainqueur du Vendée Globe… 1992-1993. Autant dire une belle antiquité.

Pendant le tour du monde avec escales, Gutek a sans cesse menacé Brad, lui collant au tableau, se blessant deux fois, repartant, subissant des avaries à répétition, endommageant sa quille, repartant de plus belle, poussant son bateau à des vitesses déraisonnables.

Sa présence, aujourd'hui aux Sables-d'Olone, parmi les vingt skippers engagés, est déjà une victoire en soi – il n'est qu'à songer à tous les skippers réputés absents de cette édition. Une victoire, mais pas vraiment une surprise : depuis l'âge de dix ans, Gutek navigue sur tout ce qui flotte et régate en Pologne – dériveur, quillard, ILC40, 24 pieds, maxi-cata pour The Race, VOR60, 60 pieds IMOCA…

Pour le Vendée Globe, il va mener Energa, l'ex-Hugo Boss d'Alex Thomson. Ce plan Finot-Conq 2007 est lui aussi original : percé d’une double descente, il a claqué deux records de distance en 24 heures, en solitaire (468 milles) et en double (501 milles, repris depuis par Dick et Peyron). Quelques jours avant le départ du Vendée 2008, le 60 pieds noir et blanc du skipper britannique avait été abordé par un chalutier. Réparé in extremis, Alex avait pris le départ, avant de revenir aux Sables, coque délaminée…

Compétiteur dans l'âme, passionné par la course et ses machines, Gutek paraît taillé pour le «bébé d’Alex», comme il l’appelle – mais semble quand même apprécier le cadre de l'interview que je lui propose : le carré de La Louise, la goélette d'expédition de Thierry Dubois, amarrée juste en face de son Energa…
Etre aux Sables-d’Olonne et au départ du Vendée Globe est déjà une victoire en soi pour Gutek.

voilesetvoiliers.com : Gutek, quand et comment as-tu commencé la voile en Pologne ?
Zbigniew Gutkowski : Quand j’étais enfant, ma famille vivait à moins d’un kilomètre de la mer, près de Gdansk. Dans cette région, il y a aussi des rivières, des lacs, une dizaine de yacht-clubs. A l’époque, le plus proche de chez moi était aussi le plus connu et le plus titré en Pologne. Vers l’âge de dix ans, j’ai donc naturellement commencé la voile. D’abord en Optimist et en Cadet – une sorte de petit Vaurien, je crois que vous avez aussi cette série en France. Ensuite, je suis passé au 420, puis au 470 olympique. J’ai beaucoup pratiqué ce bateau de 1987 à 1995, et obtenu quelques titres nationaux.

v&v.com : Et au niveau international ?
Z.G. : Rien de probant. Tu sais, nous sortions de l’époque communiste, c’était assez difficile. Nos coques, nos voiles, nos mâts, nos cordages même… tout était vieux, dépassé, en mauvais état. Tout était cher pour nous – les équipements comme les déplacements.

v&v.com : Et après le 470 ?
Z.G. : Eh bien, en 1997, j’ai rejoint l’équipage polonais qui courait en ILC 40, et j’ai couru avec eux pendant deux ans. Parallèlement, je régatais aussi en 24 pieds sur les lacs de mon pays.

v&v.com : C’est ce qui t'a ensuite permis de faire partie de l’équipage du maxi-cata polonais Warta-Polpharma pour The Race ?
Z.G. : Oui, mais j’ai d’abord fait une saison en 49er ! Les choses étaient différentes de mes années 470. J’avais trouvé un petit sponsor, nous avions un bateau neuf, de bonnes voiles, je suis même allé courir le Mondial 1999 en Australie. Nous avons terminé deuxièmes de la flotte B – pas trop mal pour une première.

v&v.com : Juste une saison, donc, avant de te retrouver à bord de Warta (l'ex-Jet Services V) pour The Race 2000…
Z.G. : Oui. L’équipage de l’ILC 40 a naturellement constitué l’ossature de celui de Warta Polpharma – et j'ai rejoint le maxi-cata en tant que chef de quart. C'est Roman Paszke qui skippait le bateau. On a fini 4e de la course.

v&v.com : Sacré changement de taille (26,30 mètres), et de parcours aussi !
Z.G. : (Rire) Oui, on est passé du triangle au cercle !

v&v.com : Tu avais cette idée, auparavant ? Cette idée de tour du monde, de maxi-multicoque ?
Z.G. : Non, absolument pas. Depuis mon enfance, toute mon existence est placée sous le signe de l’improvisation, du déclic, de l’envie. The Race est au programme ? OK, allons-y ! Je n’ai jamais eu de plan de carrière, d’objectif défini à long terme. Je décide chaque jour, j’apprends tous les jours.

v&v.com : Et au retour de The Race, qu’as-tu fait ?
Z.G. : D’abord, la fête ! (Rire) Ensuite ? J’ai signé avec Volkswagen pour un autre 24 pieds. On a couru deux ou trois saisons, on a tout gagné en Pologne, ce n’était même plus drôle – ni pour nous, ni pour nos concurrents ! (Rire).

v&v.com : Et là, nouveau changement de bateau, de série, d’univers : en 2004, vous affrétez l’ex-Volvo 60 Assa Abloy pour tenter de battre le record autour monde…
Z.G. : Oui, encore une sacrée expérience ! Sur Bank BHP, Paszke était à nouveau le skipper, j’étais le second, tout l'équipage était polonais. Ça s’est terminé hélas à Capetown, sur casse matériel.

v&v.com : Et là, pas de raison de s’arrêter en si bon chemin – pourquoi pas le multicoque, mais de 60 pieds cette fois !
Z.G. : (Rire) Et voilà ! Ah, l’ORMA 60 : un magnifique jouet pour des marins comme nous ! En 2005, nous avons repris l’ex-Bonduelle de Jean Le Cam pour l’emmener dans les pays nordiques courir la Nokia Oops Cup avec les autres 60 pieds qui naviguaient déjà là-haut. Cette fois, j’étais le skipper. On s’est beaucoup amusé. On s’est fait quelques belles frayeurs aussi. Deux fois, on a été très près de chavirer – ça a juste été une question de chance !

v&v.com : Et, là encore, tu n’as couru qu’une saison ?
Z.G. : Oui. C’était un peu compliqué financièrement de régater là-bas. On a donc ramené le bateau à Port-La Forêt pour le rendre à Bonduelle.

v&v.com : Qu’est-ce qu’il te restait à essayer après tout cela ? Après le dériveur, l’ILC 40, le 24 pieds, le maxi-cata, le VOR 60, le 60 ORMA…
Z.G. : (Rire). Eh bien là, j’ai pensé à me mettre sérieusement à l’offshore. Et, surtout, au solitaire. J’avais envie de ça. Mais j’ai d’abord songé à la Barcelona World Race : avant de vouloir boucler le tour du monde en solo, je me disais que le faire en double serait une bonne approche. Pendant trois ans, j’ai cherché des sponsors en Pologne, j’ai eu quelques contacts, mais rien ne s’est concrétisé.

v&v.com : Du coup, tu t'es rabattu sur la Velux-5 Oceans ?
Z.G. : Oui. Avec le bateau le moins cher que j’ai pu trouver, vu que ce sont mes proches, mes relations et moi-même qui avons dû l’acheter. En catastrophe et au dernier moment, on a trouvé l’ex-Bagages Superior d'Alain Gautier, vainqueur du Vendée Globe 1992-93 ! Ensuite, un sponsor nous a rejoint pour nous aider un peu. On a juste checké le bateau et je suis parti en qualification.

v&v.com : Dans quel état d’esprit ?
Z.G. : La trouille au ventre. Je me demandais vraiment ce que j’allais pouvoir montrer, tout seul sur un bateau de 18 mètres. Ce que j’allais être capable de faire en cas de problème – deux mains, un cerveau, c’est peu quand on est habitué à courir en équipage. J’ai eu des pépins, que j’ai pu résoudre. Et quand je suis revenu de ma qualification à La Rochelle, je savais… je savais que c’était possible. Cela dit, ce n’est qu’à Capetown, au terme de la première étape, que j’ai été sûr que je pouvais courir en solitaire. Sans aucun doute. J’ai débarqué sur le ponton, et la première chose que j’ai dite, c’est : «Maintenant, je sais que je peux le faire».

v&v.com : On se souvient que, durant cette étape, à 2 600 milles de l'arrivée, tu as repris 120 milles à Brad Van Liew en moins de 24 heures pour revenir à 22 milles de son tableau, lui qui menait pourtant l’ex-Whirlpool de Catherine Chabaud !
Z.G. : C’est un bon souvenir, oui ! (Rire) J’ai vraiment pris confiance en moi.

v&v.com : Une fois à Capetown, à l’orée du Grand Sud – Indien, Pacifique –, tu n'avais pas peur de ce qui t'attendait ?
Z.G. : J’avais confiance dans tout ce que je pouvais faire à la voile, mais… j’avais peur, oui. Et je pense que tous ont peur, ici, aux Sables-d’Olonne. Peut-être que tous ne peuvent pas ou ne veulent pas le dire, mais oui, le Sud, c’est effrayant. Tout peut y arriver, et devenir dramatique – voie d’eau, démâtage, choc avec une baleine ou un growler.

v&v.com : Justement, comment abordes-tu ce tour du monde solo et sans escale avec un 60 pieds récent et puissant ?
Z.G. : Toutes mes expériences passées me sont très utiles – le dériveur, le quillard, le multi, les grands, les petits bateaux. Ça développe le feeling, les bons réflexes, ça construit une méthode, une façon de faire les choses. Je sais que sur Energa – l’ex-Hugo Boss d’Alex, qui est un en effet bateau puissant –, il faut faire les choses dans l’ordre, préparer les manœuvres, anticiper les problèmes, prendre des décisions réfléchies.

v&v.com : A ce sujet, penses-tu connaître bien ce bateau ? Là aussi, tout s’est fait un peu à la dernière minute et tu navigues depuis peu à son bord…
Z.G. : Non, je ne pense pas le connaître bien – pas encore. Il va falloir apprendre, vite. Parce que pour moi, l’essentiel, dans les trois premiers jours de course, ça va être de ne pas perdre le contact avec les premiers. Ensuite, dans les alizés, il ne devrait pas être trop difficile d’aller vite… Mais le début de course sera primordial. Il va falloir que j’apprenne les sons de ce bateau. L’oreille, sur ces bateaux en carbone, ça dit beaucoup. Et il faut qu’à l’oreille, je sache si tout va bien, si le bateau va bien, ou s’il souffre, s’il faut que je réduise l’allure. Pour cela, l’expérience acquise en multicoque et en monocoque autour du monde me sera utile. Et puis, durant ma qualification, j’ai à peu près connu toutes les forces de vent et de mer possibles – mon apprentissage a donc déjà bien commencé.

v&v.com : Ce bateau, tu le crois capable de tenir tête aux protos les plus récents ?
Z.G. : Ce bateau, c’est d’abord le bébé d’Alex. Et Alex a voulu en faire un bateau vraiment rapide. Il a le record de la distance parcourue en solitaire avec 468 milles – 19,5 nœuds de moyenne, pas mal !

&v.com : C’est un plan Finot-Conq qui a la réputation d’être assez dur, exigeant, puissant…
Z.G. : Non. Tous se ressemblent à ce niveau-là. Ils demandent tous beaucoup de travail pour aller vite. Les vitesses atteintes peuvent être différentes, oui, d’un bateau à l’autre… Bon, ce qui est vrai, c’est que les anciens bateaux étaient un peu plus confortables à l’intérieur.

v&v.com : Tu as parlé de l’importance des premiers jours de course. Quels sont les autres moments-clés pour toi ?
Z.G. : Le départ, oui, est fondamental. Ensuite, le pot au noir. Il faut une bonne observation météo, un peu de chance. Mais la première vraie clé, pour moi, ça reste ce virage en Atlantique Sud vers l’Afrique et le cap de Bonne-Espérance. Cet anticyclone qu’il faut bien contourner, ni trop près, ni trop loin. C’est un jeu subtil, où les gains et les pertes peuvent être importants.

v&v.com : Et le Sud ?
Z.G. : Le Sud… j’y suis déjà allé deux fois. C’est un endroit vraiment violent. La différence entre une tempête là-bas et une en Atlantique, c’est la même qu’entre une tempête au large et un lac un jour de beau temps. Mon plus gros coup de vent, je l'ai subi pendant The Race. A la fin du Pacifique, le vent était établi à 80 nœuds, le ciel était bleu, la mer énorme, longue et haute, c'était magnifique. Et dangereux. Au cap Horn, le vent a dépassé les 100 nœuds, tous les instruments sont tombés en rideau pendant douze heures, cette dépression a même reçu un nom – c’est rare, dans le Sud. C'est à la fois mon plus beau et mon pire souvenir. Curieux mélange…

v&v.com : Il y a le vent, il y a la mer – il y a la glace aussi. Quel est ton point de vue sur les «portes des glaces» ?
Z.G. : Elles font partie du jeu. C'est ainsi. Cette course a besoin de sponsors. Les sponsors ont besoin de retombées, donc besoin que leur bateau ait le maximum de chances de revenir au port. De mon côté, étant allé déjà deux fois dans le Sud, je me suis fait une règle : dès que mon thermomètre de bord indique moins de 5°C, je remonte en latitude – le risque de rencontrer de la glace dérivante est trop fort en dessous de ces températures.

v&v.com : Lors de la table ronde que nous avons organisée l'an dernier sur ce sujet (*), les spécialistes de la société CLS nous avait montré des images satellites où l'on voyait des icebergs dans de l'eau à 9 ou 10°C…
Z.G. : Tu as raison, ce n'est pas une règle absolue. Mais disons qu'en dessous de 5°C, on a quand même un grand risque de rencontrer de la glace dérivante.

De l’énergie pour Energa. A dix jours du départ, l’équipe de Gutek travaillait encore sur Energa, et jusqu’en tête de mât. L’électronique, récemment changée, réclame quelques réglages.
Imagine

v&v.com : Que vas-tu chercher dans le Vendée Globe ?
Z.G. : Je ne sais pas… pas encore. Une compétition, ça c’est sûr. Je suis un homme de compétition, j’aime la course, la régate. Je n’aime pas la croisière, la voile juste pour le plaisir. Ça m'ennuie. Et pour moi, le Vendée Globe est une course comme les autres – une course «normale». Il y a une ligne de départ, une ligne d'arrivée. OK, entre les deux, c'est un peu long – voilà tout.

v&v.com : Tu as donc un objectif sportif ?
Z.G. : Non. Mais je dirais ceci… Si ce bateau termine la course, s’il franchit la ligne d’arrivée, je suis presque sûr qu’il sera dans les trois premiers.

v&v.com : C’est ton but ?
Z.G. : Non, c’est juste une… équation. Ce bateau est rapide.

v&v.com : Combien de jours de nourriture embarques-tu ?
Z.G. : 100 jours de lyophilisés. Plus un peu de frais pour le début de course. Et… 100 paquets de cigarettes ! (Rire).

v&v.com : Nous sommes à dix jours du départ. J’ai vu ton équipe travailler sur le bateau, y compris en tête de mât. Encore des détails à régler ?
Z.G. : Oui, la liste rétrécit, heureusement, mais il reste un peu de travail. D’autant que l’équipe n’est pas très étoffée. L'électronique réclame pas mal de temps.

v&v.com : Justement, qu’avez-vous pu changer sur l’ex-Hugo Boss d’Alex ?
Z.G. : Presque tout ! Le gréement courant, le gréement dormant (en PBO), les voiles, l’électronique (B&G principalement), l’électricité – et la déco ! Tout ce qui reste, qui n’a pas été changé, a été vérifié deux fois.

v&v.com : Pour les voiles, lesquelles as-tu changé et chez qui ? North ? Incidences ?
Z.G. : J’ai commandé cinq voiles neuves chez Incidences La Rochelle – la GV, le foc 2, le foc 3, le solent et la trinquette.

v&v.com : Est-ce que tu réalises où tu es, aujourd’hui, et ce que tu t'apprêtes à faire ?
Z.G. : Etre ici, aux Sables-d’Olonne, parmi les 20 skippers qui vont courir le Vendée Globe, c'est déjà une sorte de victoire pour moi. Mais, non, je ne réalise pas tout à fait. Je pense que cela va me tomber dessus quelques heures avant le départ ! Etre ici, c’est un grand moment, mais aussi du stress, la crainte que quelque chose casse. C’est à la fois une fierté et pas mal d’appréhension. Il y a quand même peu de gens qui font partie du club des solitaires autour du monde.

v&v.com : Et en Pologne, comment es-tu suivi ?
Z.G. : Je suis assez connu, mais je ne suis pas une star, comme vos skippers, ici ! Je peux aller faire mes courses tranquillement, personne ne m’arrête dans la rue.

v&v.com : Penses-tu que tu puisses changer la perception de la voile en Pologne ? Faire évoluer les choses ? Amener des jeunes à ce sport ?
Z.G. : Oui, certainement. Et ça fait exactement partie de ce que je veux faire. Energa, mon sponsor, a signé pour au moins deux ans. Et l’idée, après le Vendée Globe, c’est bien de promouvoir la voile et son apprentissage auprès des jeunes. Je serai le «visage», l’ambassadeur de ce programme. Il y a beaucoup de plans d'eau en Pologne – eau douce ou eau salée. L'idéal serait de pouvoir travailler avec Energa pendant au moins cinq ou six ans. Mais il nous faut d'abord créer une fondation : cette compagnie étant gouvernementale, nous avons besoin d'une comptabilité publique et totalement transparente.

v&v.com : A ce sujet, as-tu acheté ou loué le bateau d'Alex Thomson ?
Z.G. : C'est secret. Je peux juste te dire qu'Alex est un mec sympa ! (Rire)

v&v.com : Comment vis-tu ton statut un peu à part dans cette édition du Vendée Globe ?
Z.G. : Moi, ça me va très bien. Je sais pertinemment que j'ai un côté «exotique», que personne ne m'attend. C'est parfait ainsi.

v&v.com : Si j'ai bien compris la façon dont tu fonctionnes, tu ne sais pas du tout ce que tu feras après ce Vendée Globe…
Z.G. : Non, en effet ! (Rire). Et j’en suis heureux. Jusqu'ici, j'ai toujours vécu ce que j'ai eu envie de vivre. J'ai réalisé mes rêves, les uns après les autres..

v&v.com : En trouver un autre, après ce tour du monde, ce sera difficile ?
Z.G. : Non, je ne pense pas. Ce sera sûrement une autre course, une autre compétition. La Barcelona, par exemple. Et j'adorerais – mais je sais que c'est encore une autre dimension – disputer une Volvo. Avec un équipage polonais, bien sûr.

v&v.com : Possible ?
Z.G. : Difficile, mais possible. Tout dépend de notre gouvernement. Parce que, clairement, il n'y a que trop peu de sponsors privés d'une envergure suffisante en Pologne – et les rares qui existent misent tout sur le foot. Il faudrait un financement public. Et donc, une volonté politique.

v&v.com : Un bon Vendée Globe de ta part pourrait faciliter les choses ?
Z.G. : Oui, sans doute. Regarde Iker Martinez : après les Jeux en 49er, puis la Barcelona, il pouvait faire ce qu'il voulait en Espagne et il est allé sur la Volvo. D'accord, la situation économique de ce pays était alors différente, mais quand même. La Volvo a été une suite presque «naturelle» pour lui… Quand je franchirai la ligne d'arrivée, aux Sables-d’Olonne, on y verra plus clair.


………..
Gutek en quelques lignes

2011 : 2e de la Velux-5 Oceans (60 pieds Open Operon Racing).
2005 : 4e de la Nokia Oops Cup (ORMA 60 Bonduelle)
2004 : tentative de record autour du monde (VOR60 Bank BHP, ex-Assa Abloy)
2001 : 4e de The Race (Warta-Polpharma, maxi-cata, ex-Jet Services V)
1998 : 2e du National polonais de 49er
1994 : 2e du National polonais de 470
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de skipper »

Fara sa vrea, nenea fotograful l-a denumit bine:


HUGO BOSS (Alex Thomson), le roi des pontons !
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de skipper »

Cum se poate vedea startul:


TV
Grâce à un dispositif exceptionnel (13 caméras à terre, en l’air et en mer, dont 5 embarquées à bord de 5 Imoca), le départ du Vendée Globe sera retransmis en direct sur TF1, France 3, Planète + Thalassa, BFM TV, Infosport +, iTélé, LCI, Sport+, L’Equipe TV et TV Vendée. D’autres chaînes retransmettront le direct « sortie des bateaux », notamment France 3 Région (Basse et Haute Normandie, Bretagne, Pays de Loire, Poitou-Charentes). A l’international, six chaînes diffuseront également le départ de la course : France 24, BBC, ITV, SkyItalia, nSport en Pologne et Léman Bleu en Suisse.

Net
De 9h à 13h45, le départ des pontons, la sortie du chenal puis le coup d’envoi du 7e Vendée Globe et les premières minutes de course seront filmés et diffusés en direct sur www.vendeeglobe.org et www.dailymotion.com/VendeeGlobeTV avec des commentaires des duos Pierre-Louis Castelli-Alain Gautier (français) et Clare Mac Naughton-Alec Wilkinson (anglais).
Retrouvez aussi toutes les infos, photos, dernières déclarations des marins sur www.vendeeglobe.org, www.facebook.com/VendeeGlobe et le compte twitter officiel @VendeeGlobe.
Le 10 novembre, la cartographie et le classement du site internet seront actualisés à 14h, 15h et 16h.

Site officiel : www.vendeeglobe.org
- WebTV Dailymotion : www.dailymotion.com/VendeeGlobetV
- Applications mobiles pour tablette, iPhone et Androïd
> Diffusion live « départs du ponton et remontées du chenal » de 9h à 11h30
> Diffusion live « départ en mer » de 12h30 à 13h45
> Commentaires : Pierre-Louis Castelli et Alain Gautier (version française) / Clare Mac Naughton (version anglaise)

Réseaux sociaux :
- Page Facebook officielle du Vendée Globe (www.facebook.com/VendeeGlobe)
- Compte Twitter officiel (@VendeeGlobe)

> Suivi du pré-départ et du départ (photos, dernières infos…) à partir de 8h45
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de skipper »

Prima victima: Marc Guillemot abandoneaza cu chila rupta dupa o coliziune astanopte cu un OPN.


http://www.courseaularge.com/articles/2 ... andon.html
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

home made
Hauptbootsmann
Hauptbootsmann
Mesaje: 332
Membru din: Joi Apr 21, 2011 8:54 pm

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de home made »

doar asa pentru ten si globule rosii: http://www.dailymotion.com/VendeeGlobetV#video=xuyod8

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2008

Mesaj necitit de skipper »

Comentariul lui Marco Nannini la greseala lui AdB ramas de caruta dupa o noapte:

"Non posso dire di aver capito la scelta di Alessandro Di Benedetto, forse ha voluto prendere le cose con la giusta calma in partenza rimandendo piu' poggiato, evitando di sbattere e complessivamente rendendosi la vita piu' facile, ma dal punto di vista della strategia non poteva pagare... Comunque forza Alessandro, almeno lui c'e' e' al Vendee Globe!!!"

"Mi piaciono gli inglesi a destra, Alex Thomspon e Mike Golding a destra della flotta potrebbero recuperare qualche posizione da qua a finisterre..."

"Il meteo che si vede sul tracker della regata e' chiaramente sbagliato, il vento calera' e gia' da subito le barche in testa potrebbero fare guadagni importanti staccando gli inseguitori per cui il vento calera' prima..."

"L'analisi meteo di ieri si e' dimostrata corretta, notte di fatiche per tutta la flotta, dopo il fronte vento instabile, Sam Davies scrive che il vento e' calato fino a 7 nodi per poi montare in durante vari groppi con raffiche fino a 45 nodi, ma tutto sommato l'uscita dal golfo di guascona e' stata facile, la flotta e' gia' sotto venti portanti"



http://youtu.be/jtLXFi4qG2I
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Scrie răspuns