Vendee Globe 2012

Despre cursele de barci, regate, raliuri, transaturi, et caetera
Scrie răspuns
Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de skipper »

Reduceri masive de pana la 60% la magazinul oficial al Vendee Globe.

Imagine
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de skipper »

Cum face JPD de merge de 24 de ore la aceeasi viteza cu primii doi el avand barca fara chila????
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de skipper »

Ce duel frumos intre cei de pe locurile 1 si 2 & 3 si 4! inal superb, tensiune maxima!
Sant curios daca dintre primii doi va folosi careva zonele de accelerare a vantului de dupa insulele Azore.


Si aici un articol despre problemele cu chilele de la aceste barci Open 60.
De ce cad chilele, Mitica?

How come designers and engineers can't ensure keels stay intact during a round the world race?

Why do the Vendée Globe solo designs, the IMOCA 60s, keep having keel failures? There have been two keel failures on this race: Safran and now Paprec-Virbac 3, and the breakage of a keel ram on Maître Coq.

If you look more broadly at the class, you're bound to reach the conclusion that the flaws leading to these catastrophes have been endemic. There were six keel failures in the race four years ago and 17 in total dating back to the shocking images of Tony Bullimore's boat upside-down in 1997.

How can it be that these keep happening and what's the reason? How come designers and engineers still cannot manage to ensure keels stay on for the duration of a round the world race?

The subject is immensely complicated, but the simple place to start is that no one - no designer, no engineer and certainly no sailor - wishes to take big risks in this area.

While they are trying not to be handicapped in terms of performance, most teams would be prepared to accept some compromise if it provided a guaranteed solution and over the years many teams have swapped materials back and forth several times in search of it.

The other issue is that keel fins are made out of one of a variety of materials, so there is no one answer. (Safran's was from fabricated titanium; JP Dick's of fabricated steel.) Each fin material has its pros and cons, and the problem is that there have been failures in every material. The table below illustrates some of the choices and trade-offs:

Keel fin types

Material Carbon Fabricated steel Milled steel
Typical weight 450kg 650-kg 1,100kg
Typical max width 120mm 115mm 100mm
Pros Light weight Lighter than milled steel Thin section
Heavier bulb Less expensive than carbon Less drag
'Fit and forget' Cheapest Durable and strong
Cons Flutter problems Finite life Manufacturing time
Expensive Regular maintance Expensive
Poor impact resistance Possible voids in casting
Damage can be invisible Heavy
More wetted surface


There are many areas where things can go wrong with keels. There can be material problems - for example voids in steel - and human error in manufacturing of fabricated steel or carbon keels. There can be problems with the canting mechanism, the hydraulic rams that push and pull the keel head, and in the attachment between or bonding of the keel head and the rams.

Then there are underlying structural problems and engineering miscalculations and, together with manufacturing issues, these are probably at the bottom of the majority of failures.

Besides these, some teams have blamed subsequent keel failures on earlier collisions with marine mammals. Jérémie Beyou voiced the opinion that a collision with a mammal might have bent his keel ram, putting him out of the race on the way down the North Atlantic. Such impacts can do serious damage, though admittedly more serious to the poor animal. Keel calculations are usually for a longitudinal grounding, whereas on a canted keel these can impose a big torsional load.

So coming up with a simple solution that fits all these types is near impossible. For this reason, the class has been debating for over five years the possibility of a one-design keel, or options of a solid forged steel one-design keel. In the last few years I've written about this several times, including here and here.

I prematurely concluded four years ago that the class would have to come up with a plan. The rule has been tweaked, but teams still take individual options, even quite leftfield ones like Safran's super-expensive titanium fin, which failed early on in this race. The team blamed fatigue.

As a group the class hasn't made the leap to a more failsafe option. Interestingly, Alex Thomson comments today: "When I joined the class in 2003 I was a little surprised that I had to change the keel on my first boat because it had exceeded its mileage of 80,000 miles. Since then people have been building keels that last only one round the world race to save a few kilos of weight. I came from the world that a keel lasted for the life of the boat and that is where we need to get to."

This time could a bold move be that much closer? The one-design keel/rig debate is set to be heard again against a counter-argument for a full-on one design for the Vendée Globe. Although Michel Desjoyeaux is not a particular fan of a move away from the development class, it so happens he has a candidate that could be considered: the Oceans50 one-design. More on that soon.

So an interesting crossroads is approaching for the skippers and class. And it may not even be entirely theirs to have. Desjoyeaux is interesting on the subject, pointing out that the Vendée Globe race and boats eligible for it is entirely down to the event management. "IMOCA won't be able to decide," he told me last week. "It is the organisers of the Vendée Globe who will decide. They could say: ‘For the interests of our race, we don't want this.'
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

lipan
Oberstabsgefreiter
Oberstabsgefreiter
Mesaje: 109
Membru din: Mie Apr 20, 2011 2:16 pm

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de lipan »

În cursa virtuală a terminat colegul wolfo (în cursă wolfo696) pe onorabilul loc 93. La un moment dat, prin sudul Pacificului, a ocupat şi locul trei. În ultima parte cred că şi-a calculat greşit traseul (dacă o să-l urmăriţi s-a dus mai ocolit către finish decât primii clasaţi) şi deci eu zic că putea să fie şi mai sus în clasament.
Cu toate astea eu zic că merită respectul şi felicitările noastre.

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de skipper »

lipan scrie:În cursa virtuală a terminat colegul wolfo (în cursă wolfo696) pe onorabilul loc 93. La un moment dat, prin sudul Pacificului, a ocupat şi locul trei. În ultima parte cred că şi-a calculat greşit traseul (dacă o să-l urmăriţi s-a dus mai ocolit către finish decât primii clasaţi) şi deci eu zic că putea să fie şi mai sus în clasament.
Cu toate astea eu zic că merită respectul şi felicitările noastre.
Bravo Wolfo, good job once again!
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de skipper »

Intr-un video prezentat acum la VG live Di Benedetto, cu vele rupte si o coasta facturata, ieri isi facea clatite flambate!

http://youtu.be/KCb11XIPwkA
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de skipper »

Un interviu de acum patru ani cu potentialul castigator al acestei editii, Francois Gabart.

Reprise intégrale et inchangée de l'interview de François Gabart - prémonitoire !-, réalisée en 2009 à la rédaction de Voiles et Voiliers.
La relire aujourd'hui met en relief la détermination, la vision, le talent d'un jeune homme décidément pas comme les autres.


Il y en a pour qui ce sont des fées. François Gabart, c'est Michel Desjoyeaux qui s'est penché vers lui, le 1er février 2009, en pleine remontée victorieuse du chenal des Sables-d'Olonne. Et qui lui a lancé : «Prends-en de la graine, ça pourrait bien te servir un jour !» Parlez d'un adoubement.

Sauf que François Gabart, 26 printemps, ressemble plus à un page sage qu'à un chevalier. Du blé sur la tête, du ciel dans les yeux, des traits réguliers, des gestes posés.

Sauf qu'il ne faut pas se fier aux apparences.

La preuve avec le parcours rapide, lumineux, étoilé - étoile montante, étoile filante ?- de cet espoir de la course au large : Cap Istanbul, Solitaire du Figaro, Transat BPE, membre du prestigieux pôle Finistère Course au Large.
La preuve avec un exercice de style - une date, une réaction - en cette journée de juin 2009 où François est en transit à Paris, entre Méditerranée-60 pieds et Manche-Farr 30, en attendant... Tour de France en juillet, Solitaire du Figaro en août et Transat Jacques Vabre en novembre. Ah oui. Quand même...

Une date, une réaction, donc.
Entrons tout de suite dans le vif du sujet.


v&v.com : 1er février 2009 ?
François Gabart : Le 1er février 2009 ? (Il écarquille les yeux, hésite, cherche, un peu pris de court. Une inspiration). Ah oui, l'arrivée de Michel Desjoyeaux ! Bien sûr ! Un moment fort. J'ai suivi ça de près, au coeur, parce que j'ai la chance d'être sur le projet Figaro Région-Bretagne et au sein du pôle Finistère-Course au Large. Faisant donc partie de leur petite famille, j'ai suivi le Vendée Globe, le départ et l'arrivée de Mich' de l'intérieur. C'était très émouvant de le retrouver trois mois après. Emouvant et grandiose. Dans son regard... tu sens tout ce qu'il y a. Comme j'avais appris à le connaître avant son départ, ça a créé quelque chose de plus, de plus fort.

v&v.com : Dans le chenal des Sables-d'Olonne, il t'a parlé, non ?
F.G. : Oui. On était sur le pneumatique qui remorquait Foncia, juste à côté de lui.

v&v.com : Tu te souviens de ce qu'il t'a dit ?
F.G. : Euh, non... Enfin... Si... Il s'est penché et il m'a dit quelque chose comme : «Prends-en de la graine, parce que ça pourrait bien te servir un jour.»

v&v.com : Bel hommage ! Et tu en penses quoi, toi ?
F.G. : Que c'est un beau compliment, en effet. Maintenant... J'ai envie de faire le Vendée Globe. C'est viscéral. C'est passionnel. Je ne sais pas si je le gagnerai, mais je veux le courir, c'est sûr. Je veux connaître ça. Aller là-bas. Vivre cette expérience. Et je ne pense pas qu'on soit si nombreux à pouvoir affirmer : si quelqu'un passe la porte en me proposant un budget Vendée, j'y vais tout de suite. Tout de suite. Sans aucune hésitation.

v&v.com : Est-ce que ça ne viendrait pas un peu tôt dans ton parcours ? Tu n'as que 26 ans, certains pourraient trouver ça prétentieux de vouloir mettre le Vendée si vite à ton tableau de chasse.
F.G. : Ambitieux, en tout cas, oui. Encore une fois, je ne dis que je vais gagner le Vendée Globe. J'ai conscience de la difficulté, des risques... Mais je veux le faire. La compétition, c'est la victoire, bien sûr. Mais c'est aussi ne pas avoir de regrets, de se dire qu'on a tout donné, qu'on a fait au mieux.

v&v.com : 23 mars 1983 ?
F.G. : Ma naissance... Il est certain que je suis né et que j'ai grandi dans un milieu où la voile comptait. Mes parents faisaient du bateau, mon grand-père aussi. Tous m'ont guidé. C'est grâce à eux que je fais ce métier aujourd'hui. Alors, le 23 mars 1983, je n'étais pas sur un voilier, mais quelques jours ou quelques semaines plus tard, oui, certainement !
v&v.com : Qu'est-ce qu'ils avaient comme bateau, tes parents ?
F.G. : Un Kelt 39, un super bon bateau ! Il était basé à Rochefort, et on faisait de la croisière entre Bretagne et Galice. C'était un dériveur intégral, on pouvait se balader partout.

v&v.com : D'où la date suivante, 1989-90...
F.G. : L'année sabbatique de mes parents en Atlantique avec ce même bateau. On est parti en famille, avec mes deux soeurs. Boucle classique : Portugal, Madère, Canaries, Cap Vert, Antilles, Bahamas, Etats-Unis, Açores et retour en France. L'originalité, finalement, c'est qu'on est resté un mois aux Etats-Unis, où on avait des amis... Ça a été une année fantastique.
v&v.com : Cela dit, au retour, tu t'orientes franchement vers la compétition, pas la croisière...
F.G. : C'est vrai. En fait, on a vendu le bateau deux-trois ans après notre retour. Et, parallèlement, j'ai commencé l'Optimist. Mes soeurs s'y sont mises ensuite et mes parents ont bien croché là-dedans - les régates, l'ambiance, le milieu, les déplacements.

v&v.com : 11 août 2008 ?
F.G. : Hmm, on doit être à l'arrivée de la Solitaire du Figaro. L'Aber Wrac'h. Et là... c'est chouette, quoi ! (Il rit) C'est vraiment un beau moment, cette arrivée, cette course. Parce que ça fait un moment que je voulais faire du solitaire au large. Et c'est vrai que ce premier Figaro, il a un goût d'aventure, je découvre tout. Je termine 1er bizuth, bon, je ne sais pas bien ce que ça ne veut dire, et 16e au général. Je suis plutôt content, je me sens assez en phase. J'ai fait des erreurs, de débutant même, mais j'ai aussi réussi deux étapes dans les dix. En naviguant propre, en dépassant des gens plutôt <établis> sans la série... Et puis, à ce moment-là, je sais aussi que vraiment, j'adore ça, le large en solitaire !
v&v.com : C'est constitutif, chez les Français, ce goût pour le solitaire ?
F.G. : Je ne sais pas. Ce qui est sûr, en revanche, c'est que notre système de compétition aide et prône ce type de course. Je pense que c'est vraiment un syndrome post-Tabarly, 1964, 1976, l'homme seul, le héros... Et si l'on veut gagner sa vie en France avec les courses, le solo est presque un passage obligatoire. Moi, ça me va bien. J'aime le solitaire, parque c'est une bonne école de vie. Bien sûr, il y a une équipe à terre, mais sur l'eau, si l'on réussit ou si l'on rate, on ne peut s'en prendre qu'à soi-même.
v&v.com : Justement, cette année, tu retournes au Figaro, confronté à un plateau colossal. Tu n'es plus un bizuth. Qu'est-ce que tu te fixes comme objectif ?
F.G. : (Il hésite) Objectivement, ça serait très bien... d'être dans les dix. Mais c'est assez ambitieux, vu le plateau, en effet...
v&v.com : C'est Mich' le favori ?
F.G. : Oui - enfin, c'est un des immenses favoris. Et ils sont très très nombreux cette année ! Mais bon, de toute façon, ça ne va rien changer à ma façon de naviguer : faut arriver de l'autre côté le plus vite possible, voilà tout.
v&v.com : En course, tu ne regardes pas ce que font les autres ?
F.G. : Je ne crois pas beaucoup, non. Et je pense que c'est une force. J'aime la météo, la stratégie, je les étudie et les pratique depuis longtemps, ça me plaît. Non, je fais ma route... Et si Mich'Desj' ou une autre pointure part sur une autre option que la mienne, en tant qu'ingénieur, je considérerais ça comme un élément d'information à étudier et à comprendre. Et si je ne comprends pas pourquoi il le fait, aucune chance que je le suive !
v&v.com : Tu as suivi le Vendée de ce point de vue ?
F.G. : Oui. Tous les matins, je me levais, je prenais mes fichiers gribs, les cartes de position, et je me faisais mon routage, ma stratégie.
v&v.com : Tu suivais quelqu'un en particulier ?
F.G. : Non... je me mettais toujours dans la peau du premier.

Ah la vache, y a un bovidé rouge et rigolard qui grimpe au mât de Groupe Bel ! C'est ainsi que Kito de Pavant, skipper du 60 pieds IMOCA, voulait annoncer qu'il courrait la Jacques Vabre 2009 avec... François Gabart, pour l'occasion déguisé en Vache qui Rit. Dis, c'est loin le Costa Rica ? Meuh non.
Photo © Gilles Martin-Raget (Sea & Co)
v&v.com : 28 mai 2009 ?
F.G. : Ça, c'est l'annonce officielle de la Transat Jacques Vabre avec Kito sur Groupe Bel. Bon, moi, j'étais au courant un peu avant, hein ! En fait, je connais Kito de Pavant depuis quelques années, on s'est rencontré dans le Sud, quand je naviguais vers La Grande-Motte. C'est vraiment un mec bien, que j'apprécie beaucoup. Je crois que c'est réciproque, puisqu'il m'a prêté son Figaro pour la Course des Falaises, en 2006, et qu'il m'a confié son routage lors de la Jacques Vabre, il y a deux ans. Belle preuve de confiance alors que n'avais que 24 ans...
v&v.com : Concrètement, comment ça s'est fait ?
F.G. : Sachant que mon projet Figaro Espoir Bretagne, démarré en avril 2008, s'arrêtait en septembre 2009, j'ai regardé ce qui se présentait après : la Transat Jacques Vabre en novembre. Je me suis dit que ça devait être bien sympa de courir ça, surtout en 60 pieds IMOCA, et j'en ai parlé un peu à tout le monde, y compris Kito. Et, juste avant le départ de la Transat BPE, en avril dernier, il m'a dit : "On court ensemble la Jacques Vabre sur Groupe Bel". Et ça m'a donné un de ces pêches !
v&v.com : Tu as une idée de votre future répartition des rôles à bord ? Bon, toi, c'est sûr, tu vas beaucoup matosser...
F.G. : (Il rit). Possible ! Non, je ne sais pas. En fait, une transat en double, c'est plutôt du "double solitaire". On fait tout, à tour de rôle... Mais courir sur un 60 IMOCA, c'est complètement excitant. Je m'entraîne depuis quelque temps avec Kito sur Groupe Bel et ce plan Verdier a vraiment un potentiel énorme !
v&v.com : Sans doute, vu la liste des skippers qui en veulent un pour le prochain Vendée : Dick, Riou, Le Cam...
F.G. : Oui, c'est assez parlant ! En tout cas, je suis ravi de ce projet. Skipper, bateau, équipe, tout me plaît !


Première transat, premier podium ! En avril dernier, au terme de 19 jours d'une belle bagarre, François termine la BPE une heure derrière Gildas Morvan et Erwan Tabarly.
Photo © A. Courcoux/B. Stichelbaut (Sea & Co)
v&v.com : 25 avril 2009 ?
F.G. : L'arrivée de la Transat BPE à Marie-Galante ! Alors là, sportivement, une vraie valeur. Bien plus qu'au Figaro, par exemple. Le plateau n'était peut-être pas immense, mais il y avait la qualité ! Je termine troisième, à une heure de Gildas Morvan et d'Erwan Tabarly, après une super bagarre sur l'Atlantique. C'est comme la Cap-Istanbul, l'an dernier, où j'ai aussi fini troisième : sportivement, j'étais dans le coup, devant, avec... avec les grands quoi !
v&v.com : Qu'est-ce qui manque pour la victoire ? Du temps sur l'eau ?
F.G. : Oui, de l'expérience. Des heures. Peaufiner les mille et un détails.
v&v.com : Tu es impatient d'y retourner ?
F.G. : Sur l'eau, en course ? Carrément ! J'ai envie de naviguer, je me régale à faire ça. C'est pareil pour le Vendée : c'est l'envie, mon moteur.

v&v.com : 1994 et 1997 ?
F.G. : Alors, 1994, je gagne un National en Optimist et je suis haut comme ça ! Et super content ! En 1997, je gagne le championnat de France en Opti, je passe en Moth Europe, puis en Tornado - en 2003, on gagne le Mondial Jeunes, puis vient la PO. Ce sont des années fondatrices... Les autres années qui comptent, c'est 2005-2006. Elève ingénieur à l'INSA, à Lyon, je choisis de devenir coureur au large, de devenir pro. Ces années n'ont pas été faciles, on ne trouve pas de sponsor comme ça, du jour au lendemain.
v&v.com : Ta formation d'ingénieur t'est utile dans le domaine que tu as choisi, non ?
F.G. : C'est fondamental. Marin et ingénieur, c'est le même métier ! Tout m'intéresse, la conception du bateau, les calculs, les choix, la réflexion, les matériaux, les voiles. Pour les voiles, je travaille avec Quantum et Maxime Paul à Barcelone, c'est passionnant !

v&v.com : 3 juin 2009 ?
F.G. : (Il jette un coup d'oeil à sa montre pour vérifier la date). Ça, c'est aujourd'hui. Eh bien, je suis en transit entre Marseille - les navigations sur Groupe Bel, avec Kito - et la Semaine Internationale de Deauville, où je vais régater en Farr 30. Pas idéal pour préparer la Course des Falaises qui se court bientôt en Figaro, mais bon... utile pour le Tour de France à la voile en juillet ! J'aime changer de support - multi, mono, petits et grands bateaux. Ça permet de multiplier les sensations, d'apprendre encore et toujours. (Un silence)... D'une façon plus globale, aujourd'hui, je suis sur le chemin que j'ai choisi. Qui me passionne. J'espère que ça va durer.
v&v.com : A terre, tu sembles posé, assez sage. Tu es très différent sur l'eau, seul ?
F.G. : Oh oui ! Et j'aime ça. La façon de fonctionner est totalement différente. Sur l'eau, il n'y a plus qu'un objectif et les choses sont finalement assez simples. Il faut aller vite, au bon endroit. Cette simplicité me fait beaucoup de bien.

v&v.com : Demain ?
F.G. : Eh bien... Je cherche des partenaires. L'an prochain, en Figaro, j'aimerais courir l'Ag2r, puis la Solitaire. Après, un projet plus ambitieux, mais qui me plairait beaucoup, la Route du Rhum. Idéalement en 60 pieds IMOCA. Mais si on me propose un tri ORMA, j'y vais tout de suite ! J'ai déjà navigué sur Sopra, avec Antoine Koch, et j'ai adoré ça. Le multi, en Tornado ou en 60 pieds, j'y prends beaucoup de plaisir.
v&v.com : Du solo, sur un ORMA, tu n'aurais pas d'appréhension ?
F.G. : Non. C'est comme pour le Vendée : je suis partant ! Je suis partant pour tout !
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de skipper »

"Its so great to be here, I've finally finished!" Alex Thomson on coming 3rd in the Vendee Globe!
In sfarsit!


Imagine
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Avatar utilizator
skipper
Flottillenadmiral
Flottillenadmiral
Mesaje: 2563
Membru din: Mar Apr 19, 2011 7:35 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de skipper »

Ca sa ne dam seama cam ce sarcini suporta o barca in VG, aflam ca ruptura faimoasei chile din titan dupa numai 4 ore in cursa pe Safran s-a datorat:

«L’enquête exclut une rupture suite à une collision avec un OFNI. Elle constate aussi qu’il n’y a aucun défaut métallurgique, que les soudures ne présentent pas d’anomalie susceptible d’expliquer la rupture. Elle montre que la rupture est due à un endommagement par fatigue du métal engendré par la répétition des chocs avec les vagues. Elle ne met pas en jeu de phénomène vibratoire à haute fréquence. L’observation de la cassure met en évidence les fortes charges dues aux conditions de mer forte enregistrées au cours de la dernière année de navigation. Cela confirme sans le moindre doute que les charges subies par la quille ont été très significativement supérieures aux références de l’état de l’art utilisées par les équipes de conception, ainsi qu’à celles déduites de l’enregistrement des chocs lors de la Transat Jacques Vabre 2009»
Ubi allii finiverant, inde incipimus nos!

Litovoi
Oberstabsgefreiter
Oberstabsgefreiter
Mesaje: 131
Membru din: Joi Mai 12, 2011 9:37 pm
Localitate: Bucuresti
Contact:

Re: Vendee Globe 2012

Mesaj necitit de Litovoi »

[quote="skipper"]"Its so great to be here, I've finally finished!" Alex Thomson on coming 3rd in the Vendee Globe!
In sfarsit!

Sa fie sanatos neica Thompson,
nu ma pricep, dar mi se pare o performanta extraordinara si o dovada de calitati foarte bune.
Or fi si francezii de pe 1 si 2 maestri, dar asta parca are ceva.
De ce oamenii îşi pierd timpul cu lucruri care nu le folosesc după moarte?

Scrie răspuns